Microplastiques en baie

source : Sudouest.frMême si ça semble moins impressionnant que le mazout, c’est très insidieux, car les billes vont aller se loger entre les galets, pénétrer dans la dune pour atteindre les étangs. La grande question, c’est de savoir comment réussir à s’en débarrasser. Je ne sais même pas si c’est possible », s’inquiète Roland Chatain, le président de l’association des « Amis de la baie d’Audierne ».


La Baie d’Audierne par son orientation est un lieu d’échouage

Alain Thomas, est le vice président de l’association « Bretagne Vivante », qui initie et contribue à de nombreux projets pour faire avancer la prise en compte de la nature via de nombreux partenariats avec l’État, les collectivités, les entreprises, les écoles ou encore les agriculteurs. « C’est malheureusement classique ces containers qui passent par dessus bord sur les routes maritimes. La Baie d’Audierne par son orientation est un lieu d’échouage de tout ce qui est susceptible de s’échouer. C’est une preuve supplémentaire de cette contamination permanente des océans par le plastique », regrette-t-il. Les micro-plastiques pénètrent la chaîne alimentaire et se retrouvent dans nos assiettes. « Quand nous consommons des moules, car leur boulot c’est de filtrer l’eau, nous consommons du plastique », déplore-t-il.

Pas d’inquiétude pour les oiseaux

L’ornithologue Bernard Trébern n’est cependant pas très inquiet pour les oiseaux qui gravitent autour de cette zone naturelle protégée à proximité du site de La Torche. « Ils ne vont pas aller manger du plastique spontanément sur la laisse de mer », assure-t-il. Le spécialiste considère que ce plastique a plus d’impact sur la faune lorsqu’il est en mer. « Il y a des poissons filtreurs qui ingèrent du plastique et les oiseaux s’en nourrissent », dit-il, avant de conclure : « Ce n’est toutefois jamais très bon de voir arriver ce genre de choses sur notre littoral ».

Lire l''article sur le site internet du quotidien Le Telegramme

---

Les 3 photos ci-dessous ont été prises en mai 2008 sur la plage de Kermabec en baie d'Audierne. Au centre, un zoom sur les billes de plastiques que l'on distingue à peine en marchant sur le sable.
Question : sachant que la photo de gauche correspondant à un rectangle d'environ 50 cm de largeur par 80 cm de longueur, comptabilisez le nombre de micros-billes situées dans ce rectangle, puis déduisez-en la densité de micro-billes au mètre carré, et enfin calculer le nombre de ces éléments sur trouvant sur cette plage, entre la pointe de La Torche et le port de Penhors, en prenant en compte les dimensions de ladite plage à marée basse, soit 12 km de long et 400 m de large. Vous pouvez laisser vos réponses en bas de page en cliquant sur "Ajouter un commentaire"

Question MB Microbille Solution MB

 

--- Pour en savoir plus :

Greenpeace : microplastiques la pollution invisible
- Gérer les microplastiques dans les Grands Lacs (Canada)
- L'article du quotidien Ouest-France
- L'article du quotidien Le Telegramme
France Inter : Traquer les microplastiques dans les fleuves
- Les granulés plastiques industriels, évaluation initiale pour IFREMER
Plastic disaster (Hong Kong)
Les micros-billes en plastique dans les océans
- Les microplastiques bientôt interdit (Sud-ouest.fr)

 
 

Contact


Adresse :
Les amis de la baie d'Audierne
Maison de la baie d'Audierne
65 St Vio
29720 Tréguennec

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok